Fabienne Grebert

Fabienne Grebert

On dit nature d'une main et on fait béton de l'autre*!

L’Assemblée Plénière de jeudi et vendredi dernier était placée sous le signe de la protection de l’Environnement, où tout du moins nous pouvions l’espérer. 3 délibérations étaient présentées par le Vice Président Eric Fournier. Il était aussi question du bilan de la convention avec la Fédération Régionale des Chasseurs. Si nous ne pouvons qu’être d’accord avec les enjeux soulevés par le Vice-Président, les moyens et la transversalité des politiques publiques nous laissent encore sur notre faim. Quant au bilan des Chasseurs, l’amateurisme et l’approximation sont au rendez-vous ; si seulement la bécasse des bois s’en trouve protégée, j’en serais ravie.

 

Nous aurions pu écrire cette délibération : région décarbonnée, région à énergie positive, centrales villageoises, économie circulaire, développement des réserves naturelles régionales, qualité de l’air, nous retrouvions là les thèmes que nous ne cessons de porter. Nous étions tentés de croire à l’histoire que voulait bien nous raconter Eric Fournier, mais à la lecture de la délibération, nous  avons déchanté en constatant le budget que la Région était prête à y consacrer : 200 M€ alors même que la Région est prête à investir 140 M€, pour une troisième autoroute entre St-Etienne et Lyon. Cela représente chaque année moins de 1,8 % du budget de la Région.

 

Protéger l'environnement d'accord, mais avec toujours plus de routes et du glyphosate?

Nous avons terminé la lecture sans jamais voir un mot sur les transports, en particulier le ferroviaire et les mobilités douces, pas un mot sur le changement des pratiques agricoles, pas un mot sur les canons à neige et les conflits d’usage liés à l’eau…. Eric Fournier a accepté un amendement pour que la stratégie soit portée dans toutes les politiques publiques de la Région. Mais cet amendement libellé de manière floue n’a pas résisté à d’autres propositions qui ont été débattues lors de cette même Assemblée.  Exit l’amendement porté par toute la gauche pour que la Région s’engage dès maintenant à accompagner les agriculteurs à l’abandon du Glyphosate dans les pratiques agricoles; curieux, alors même que cette stratégie environnement comprenait un plan en faveur des pollinisateurs !  Ce même jour était voté un vœu pour le soutien de la Région à la 2X2 voies entre Machilly et Thonon, projet très contesté y compris par les édiles Genevois, qui craignent un déversement de véhicules et de leur pots d’échappement en Suisse.  Côté cohérence des politiques publiques peut mieux faire ! à moins qu’il s’agisse d’un bras de fer entre une Région gouvernée à « droite toute », mais qui essaie de ménager une majorité plus vraiment au « garde à vous ».

 

Réduire et substituer, mais peu mieux faire pour la qualité de l'air et le changement climatique!

Nous avons évoqué le mix énergétique porté dans cette délibération : hydrogène, bois énergie, méthanisation… Si ces projets représentent un potentiel de développement non négligeable, ils ne sont pas exempts (comme toute énergie produite) d’impacts significatifs sur l’environnement. Le Vice-Président à l’Environnement nous a garantit que les bornes de recharge hydrogène  pour les véhicules qui seront installées dans la Région dans le cadre du projet Zero Emission Valley, seront alimentées exclusivement à partir d’électrolyse de l’eau. Nous vérifierons. Pas sur que ce soit suffisant pour abaisser les taux de pollution dans les Vallées Alpines.  La priorité est à la baisse des consommations! La stratégie prévoit un bonus de 750 € pour doubler la mise des collectivités qui le décideront, pour la rénovation énergétique. Il sera difficile d'atteindre 60000€ logements rénovés, juste avec cette mesure. Nous aurions préféré une une banque publique régionale d’investissement qui prêterait à taux 0 à tous les ménages de la Région pour la rénovation thermique de leurs logements. Amendement refusé! Nous réussirons néanmoins à ce que dans la stratégie environnement, l’éolien, la géothermie et le solaire ne soient pas oubliés des politiques publiques.  Le développement des énergies renouvelables doit être adapté aux mieux aux spécificités territoriales de notre grande Région.

 

 

Les Parcs Naturels Régionaux en vedette, pourvu qu'ils ne coutent pas trop 

Ca y est ; ils ont enfin eu droit à une délibération qui précise un peu plus la feuille de route. Une ode aux Parcs qui ne justifie pas l'abandon des projets dans le Haut Allier et les Dombes. Laurent Wauquiez a beau nous rétorquer que les élus n'en voulaient plus, je ne suis pas certains que les mêmes élus apprécieront qu'on réponde à leur place. Mais ne nous leurrons pas sur la générosité de cette délibération. Leurs dotations de fonctionnement seront maintenues au niveau de 2017 jusqu'à la fin du mandat et les dotations statutaires de la Région seront harmonisées entre les Parcs. Lisez entre les lignes : une baisse des moyens de fonctionnement. On connaît au combien le discours trop souvent servi de dépenses de fonctionnement utilisées à mauvais escient, pour verser des salaires à des agents territoriaux qui, soi-disant, ne créeraient pas de valeur ; la Région doit rendre l’argent aux auralpins et investir! Si cette politique a permis à Laurent Wauquiez de décrocher son double A chez Standard & Poor, il oublie un peu trop vite la propension des parcs et de leurs agents territoriaux à lever des fonds. 1 € investi, c’est 20 € de recettes publiques générées. 

Alors on nous ressort la baisse des dotations de l’Etat, porté par le gouvernement et le trio d’ex-Républicains Philippe, Lemaire et Darmanin. Mais le Président de la Région ne manque jamais d’ingéniosité pour dépenser des millions d’euros pour sa bonne ville du Puy de 18000 habitants, pour installer une crèche jugée illégale par le Tribunal administratif ou pour éclairer l’Hôtel de Région.  Si Laurent Wauquiez sait s’illustrer en matière de dépenses de fonctionnement inutiles,   Il est en revanche plus difficile d’en faire la démonstration dans les Parcs. Animer un territoire pour monter une miellerie collective qui profitera à tous, c’est lever des fonds, déterminer les clefs de répartition de financement et déterminer des conditions d’exploitation, c’est à cela que servent les dépenses de personnel dans les Parcs 2017, C’est encore une fois laisser entendre qu’il y a encore à gratter dans les dépenses des parcs et oublier un peu trop vite la stratégie que l’on voudrait qu’ils portent : des territoires ruraux structurés, organisés face au mouvement de métropolisation innovants, respectueux de l’environnement, producteurs d’énergie, de cultures maraîchères et porteurs du bien-vivre à la campagne et en montagne.

 

Le bilan de la Chasse: amateurisme et imprécisions

Quand je pense qu’un ex-député, Vice-président peut faire preuve d’un tel amateurisme, ça fait peur. Un joli tableur excel truffé de fautes d’orthographes était sensé nous servir de tableau de bord dynamique et transparent. Je ne l’entends pas de cette oreille.

 

 

J’attends les 3000 pages que le Vice-Président doit mettre à ma disposition, pour me faire une idée plus précise de la bonne gestion des fonds publics. Pour le moment, si vous voulez savoir à quoi ont servi les 3 M€ dédiés à la Fédération Régionale de la Chasse, c’est encore un peu flou : certainement à des postes de tir surélevés, à des piquets anticollision, à des couteaux et bacs d’éviscération, à l’amélioration de locaux de chasse, … Mais la protection de l’environnement dans tout ça ?  On nous servira probablement à la rentrée prochaine qu’il faut mettre 3M€ de plus pour voir vraiment ce dont les chasseurs sont capables. Mais peut-être faut-il douter de la bonne gestion d’argent public de Laurent Wauquiez.

 

 

 *expression tirée de l'intervention de Corinne Morel-Darleux sur la Stratégie Energie-Environnement présentée le 21 juin dernier

 

 

 

 

 



20/06/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres