Fabienne Grebert

Fabienne Grebert

SITUATION UBUESQUE AU LYCEE FRISON ROCHE A CHAMONIX

 

 

Ce sont aussi les joies  d’un-e conseiller-ère régional-e : les représentations dans des organismes extérieurs. Chaque conseil d’administration de lycée est composé de deux conseiller-ères régionaux-les . Ils – elles participent aux décisions qui engagent le fonctionnement de l’établissement. A Chamonix, ce sont Martial Saddier et Eric Fournier qui ont été désignés pour siéger au Conseil d’Administration du Lycée Frison-Roche, mais ils brillent par leur absence. Ce sont les suppléant-es qui s’y collent, en l’occurrence votre humble serviteuse. Il y aurait pourtant matière à s’inspirer de ces situations pour faire évoluer les lois tant les règles de fonctionnement sont absurdes, contre-productives et démotivantes pour les personnels, les parents d’élèves et les élèves  qui y assistent. Petit Récit de ma soirée chamoniarde.

 

_DSC8193-ok_david_machet_david_machet.jpg

 (source www.Davidmachet.com)

 

Le sujet principal qui devait être abordé était la dotation globale de fonctionnement accordé par le Rectorat, en l’occurrence combien d’heures d’enseignement alloués, combien de postes à créer, comment combler les déficits d’enseignants sur certaines disciplines, … S’en suit un très long débat florilège d’acronymes auxquels les non initiés ne peuvent s’associer. Les enseignants râlent, dénoncent la réduction des moyens calée sur un nombre de lycéens enregistré à la rentrée mais qui évolue à la hausse pendant la saison d’hiver. Il est vrai que proposer 1H30 d’accompagnement personnalisé pour une classe de 30 élèves pour les préparer à la définition de leur projet professionnel et à la prise en main de la plateforme ParcoursSup, c’est un peu se moquer du monde.

Le Conseil d’Administration n’a pas le pouvoir de remettre en question le montant de la dotation, juste les modalités d’affectation. Comme ils n’ont pas d’autres moyens de faire connaître leur mécontentement, une majorité des membres votent contre la proposition d’affectation.  

Tenez vous bien!  Ce petit coup de gueule nécessite pour le Chef d’Etablissement de reconvoquer une commission permanente pour rediscuter de l’affectation des moyens, ensuite de reconvoquer un nouveau conseil d’administration pour lequel il n’aura probablement pas le quorum. Après les délais légaux il pourra se tenir un nouveau CA sans quorum, et en cas de nouveau refus, la proposition du chef d’établissement s’imposera ! Tout ça pour ça !

 

De la complexité d’une gestion départementale et régionale

Depuis que je siège à ce conseil, les mêmes discussions reviennent systématiquement : manque de moyens liés à des effets de seuil et à la petite taille de l’établissement ; à cela s’ajoute la complexité de gestion d’une cité scolaire qui en son sein abrite également un collège et un internat gérés par le département. Alors que la plupart des internes sont au lycée, le département refuse d’assumer des charges de personnels qui incomberaient normalement à la Région pour la surveillance de l‘internat. On connaît la phobie de Wauquiez pour les budgets de fonctionnement et la difficulté à faire acter les dépenses de personnel supplémentaire au Conseil Régional. La tâche est d’autant plus complexe que l’internat est hébergé dans une tour qui appartient à la Mairie de Chamonix avec peu d’internes par étage, mais des règles de fonctionnement qui imposent a minima un surveillant par étage.

Alors, on ose proposer une réflexion sur l’ouverture de l’établissement à de nouvelles formations pour sortir de ces effets de seuil et récupérer des moyens supplémentaires ; mais les personnels me rétorquent que cela nécessiterait des places d’internat supplémentaire dans une autre tour qui attend une réhabilitation depuis près de 10ans. Mais celle-ci vient d’être restituée par la Préfecture à la Mairie qui en avait concédé l’usage à la Cité Scolaire. Ainsi s’éloigne toute chance de sortir un jour de cette situation ubuesque. Alors on se demande pourquoi on vient de faire 200 km en voiture pour entendre tout ça et assister impuissant à ce simulacre de concertation ; peut-être juste pour admirer la pleine lune sur le Massif du Mont-Blanc et c’était déjà très beau….



30/01/2018
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres