Fabienne Grebert

Fabienne Grebert

Petite lecture commentée du Guide sur la Qualité de l'Air à Annecy

Cette semaine, j’ai reçu, comme tous les annéciens dans ma boîte aux lettres Le Guide de la Qualité de l’Air. Je vous en propose une lecture commentée et quelques propositions à l’égard de nos élus signataires J-Luc Rigaut et Thierry Billet qui, en dehors de leur devoir d’information ne s’engagent pas à grand chose.

 

qualite de l'air.jpghttps://www.grandannecy.fr/france/DT1425305672/page/Qualite-de-l-air-dans-l-agglo--c-est-l-affaire-de-tous-.html/portail-france

 

Qualité de l’air ; tous concernés !

Vous ne le saviez peut-être pas mais les phénomènes naturels polluent : Les feux de forêt qui se déclenchent tout seuls, et puis vous allez rire, très courant à Annecy, les éruptions volcaniques ! On est peu de chose ma bonne dame, face aux éléments ! Alors tous pollueurs, soit! Tous concernés, mais certains plus que d’autres ; les 5000 personnes* qui vivent au bord des grands axes routiers sont, elles,  beaucoup plus exposées que celles qui résident sur les rives du Lac ou dans les montagnes. Encore un coup de canif à notre belle devise républicaine  sur l’Egalité !

 

Des chiffres incohérents, des effets sur la santé minimisés!

Et là, on nous explique que la pollution diminue ; merveilleux ! Pourquoi alors nous inquiéter de la pollution. Mais les mesures prennent –elles en compte des mesures réelles de pollution ou les évolutions des normes des véhicules? Depuis le Diesel Gate, on sait que les mesures sont fausses. Quels que soient les constructeurs les ratio entre les normes et les mesures réelles d’émissions des moteurs des voitures sont de 11 à 17 fois supérieurs!

 

Autre trouble à la lecture du document, ce sont les chiffres en page 7 du document. 49% des émissions de particules fines sont liées au chauffage individuel au bois. Et les immeubles chauffés au gaz de ville, au fuel, ceux là ne polluent pas? Après avoir troqué une chaufferie urbaine au gaz pour une chaufferie bois, on se rend compte des limites de cette énergie sur la qualité de l’air. La pilule va être difficile à avaler.  Mais montrer du doigt uniquement ceux qui se chauffent au bois dans ce document est pour le moins tordu et manipulateur. Ce sont les énergies fossiles qui sont responsables du changement climatique et des pollutions atmosphériques liées au transport. Si sur ce point, la ville se donnait les moyens d’une véritable transition,  les annéciens pourraient continuer à se chauffer au bois comme ils le font depuis des milliers d’années (tout en visant la sobriété et l’efficacité énergétique par l’isolation thermique).

 

Alors un document dont le fond est imprécis et la forme trompeuse  On peut le dire à en juger par la mise en avant des effets sur la santé de la pollution atmosphérique : picotements des yeux,  de la gorge, éternuements, toux ; POUR LES ALLERGIES, LES MALADIES RESPIRATOIRES, CARDIAQUES, NEURODEGENERATIVES, INFERTILITE, FAUSSES COUCHES, CANCERS, ETC. .. il faudra mettre vos lunettes ! (j’ai choisi de rétablir une typographie en phase avec les enjeux de santé publique dans mon blog). Le Monde titrait hier encore sur les 500000 morts par an liées à la pollution de l’air  en Europe. Sur le bassin annécien, ce sont 70 décès qui pourraient être évités chaque année.

 

Sur le transport, le bât blesse !

Alors bien sûr le guide a beau jeu de nous rappeler les bienfaits du covoiturage  pour faire face à la pollution de fond. Mais comment faire quand vous habitez Faverges et être sûr de rentrer si la personne qui vous a conduit le matin doit récupérer prématurément un enfant malade à l’école? Comment faire si vous vous arrêtez à votre course de danse sur  le chemin du retour? C’est le premier frein au covoiturage et les villes qui ont réussi à le développer ont mis en place une garantie de retour. Dans les faits, elle est très rarement utilisée car elle suffit à augmenter le flot de covoitureurs et permet grâce aux applications numériques ad hoc de trouver plus facilement quelqu’un qui vous ramènera à bon port.

 

 

« Privilégier les transports en commun, c’est plus de temps pour lire ou se reposer » lit-on dans le guide. Ca, c’est vrai.  Quelques exemples :

-      Epagny – Parc des Glaisins à 8H15 le matin 1H12 ; vous avez le temps d’attaquer à la Recherche du Temps Perdu.

-      Mairie de Seynod – Campus universitaire à la même heure, comptez 40mn serrés comme des sardines, au dire des étudiants ;

-      Parc Altais _ Gare de Pringy –  à 17H comptez 1H;  et je ne vais pas multiplier les temps de parcours les soirs et le week-end, y compris sur des plus petites distances en centre ville.

 

Louer un vélo ? Banco ! Qui parmi les 9000 personnes qui étudient ou travaillent sur le Campus Universitaire ou au Parc des Glaisins sont prêts à gravir tous les jours la côte d’Annecy le Vieux ? Sans vélo électrique, que nenni. Or cette offre est limitée et le prix est 3 X supérieure à un abonnement de bus à Annecy.

La ville a choisi de consacrer des fonds publics à une campagne de communication qui me fait rugir dès que je sors mon vélo « Le code de la route, c’est aussi pour les vélos » ; belle campagne qui laisse à penser que les vélos sont responsables des accidents de la route ; dans les faits, ce sont eux qui en sont les victimes. Se faire frôler par une voiture, manquer de se faire renverser, refus de priorité : avoir peur à vélo, c’est quasi systématique quand on est cycliste et qu’on roule à Annecy ; sans compter les insultes et autres incivilités. L’insécurité est un des principaux freins à la pratique du vélo en Ville. Strasbourg l’a bien compris. 15% des déplacements se font à vélo mais la communauté  urbaine de Strasbourg compte 560 km de pistes cyclables. Le résultat est encore plus encourageant à Copenhague (55%), Amsterdam (44%) indépendamment d’un climat froid et pluvieux.  Mais là encore d’autres éléments de politiques publiques viennent inciter à la mobilité douce : réduction de la vitesse en ville, campagne de valorisation du vélo, couplage avec des politiques de transport en commun. Là encore, tous ces éléments font défaut à Annecy. La seule réponse ce sont les 432 millions d’euros consacrés à de nouvelles infrastructures routières. A l’instar du Tunnel sous Semnoz qui ne devrait pas ouvrir avant 2028 et qui sera très rapidement bouché,  sous l’effet d’une démographie galopante (Grand Annecy comptera 30000 logements supplémentaires d’ici 2030).

 

Alors soit, les écogestes, c’est bien; les politiques publiques volontaristes, c’est encore bien! Messieurs Rigaut et Billet, ne vous dédouanez pas de vos responsabilités dans la lutte pour la pollution.

 

 

 

 *source ATMO – nb des personnes exposées au dioxyde d’azote le long des axes routiers. 


22/10/2017
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres