Fabienne Grebert

Fabienne Grebert

Budget carboné et petits arrangements avec la démocratie au pays de Laurent, le fou du Puy!

 

 

Wauquiez, le cas social, Wauquiez, le Fou du Puy ; ce sont les titres qu’on peut lire dans la presse en ce moment et qui viennent conforter nos impressions à l’issue d’une des plus importantes Assemblées Plénières de la Région : le vote du budget 2018 et le vote de la convention TER. 12 rapports et 180 amendements plus tard, voilà quelques impressions. 

 

session_budget_s.jpg

 

Ambiance d’Assemblée autocrate et vassalisée

Une Assemblée comme celle là, ça se prépare : 2315 pages de rapport dont on se répartit la lecture entre conseillers régionaux sans compter les rapports de commission permanente (4837pages) ; des questions à poser la semaine précédente en commissions, des réunions préparatoires pour échanger sur notre vision, les thèmes de communication, des amendements et des interventions à rédiger, … Alors quand on apprend la veille au soir qu’un seul de nos 30 amendements est retoqué et que le Président Wauquiez, en grand seigneur, nous accorde la bonté de le présenter, on est content. On sait qu’on gagne 1H30 de temps de parole sur les deux jours d’Assemblée et l’espoir  infime de faire passer des propositions qui viendront influer sur les politiques régionales.

 

Mais voilà M. Wauquiez a autre chose à faire et n’avait voulu dédier qu’une journée et demi à cette assemblée (campagne pour la Présidence des Républicains oblige). Nous y passerons en tout 23H, avec un Président souvent absent, méprisant à l’égard du débat démocratique, ne cessant de nous rappeler les faveurs qu’il nous aurait soi-disant faites, en nous laissant présenter nos amendements, en nous reprochant le temps de parole que nous prenions légitimement pour présenter nos propositions. M. Wauquiez a juste oublié que la Région ne se préside pas en fonction  de son emploi du temps et de ses ambitions personnelles, mais avec des règles démocratiques valables pour tous.. A n’en pas douter il se comportera avec les Républicains comme avec les élus du peuple et fera passer ses intérêts personnels avant l’intérêt général. Le refus ou l’accord sur un amendement proposé par un élu de l’opposition ne dépend que de son bon vouloir. La plupart sont balayés avec la même sentence «nous vous proposons de passer au vote avec un avis négatif de l’exécutif » ; et ce surtout quand Laurent Wauquiez confie la Présidence de l’Assemblée à Etienne Blanc, son premier Vice-Président.  Aucun des membres de l’exécutif, à part lui, ne prend le risque en son absence d’accepter un amendement de l’opposition. Et quand le Seigneur du Puy revient à la tribune, il s’accorde même le droit de tacler son exécutif. C’est Annabelle André-Laurent, répondant par la négative à une proposition d’amendement budgétaire en faveur de l’hôtellerie familiale, qui fera les frais de ses premiers pas à la tribune.  Wauquiez en décide autrement et accorde une ligne budgétaire à cette proposition du PRG.

 

En coulisses, les tractations entre amis vont bon train. A la suite de la création d’un groupe d’opposition regroupant 5 conseillers régionaux La République En Marche, le Centre décide de réunir ces deux groupes politiques  et y parvient péniblement à 23H58; Les démocrates est le nouveau nom du groupe des Modem et de l’UDI. Laurent Wauquiez bien évidemment suit de près les négociations pour garantir sa majorité à la Région.  Bref, des tractations politiciennes qui troublent un temps fort du Conseil Régional et occultent la présence de Wauquiez à la tribune pour un débat démocratique.

 

 

 

Notre budget pauvre en carbone mais intense en emplois et en bien-vivre

Le FN aura été avare en propositions pour cette session : pas un amendement déposé sur le projet de budget. Christophe Boudot, le Président de leur groupe, justifiera ce choix par le manque de temps. C’est vrai que les délais sont courts, mais qu’on se le dise, les conseillers régionaux FN débauchent soirs et week-ends et préfèrent critiquer les 180 Amendements budgétaires plutôt que de mettre sur la table leurs propositions (c’est plus facile !); à compter de 1 mn par amendement ce sont eux qui monopolisent le temps de parole dans l’Assemblée et je vous invite à regarder les videos car les arguments sont de haut vol : « à compétences égales, laissons la courtoisie aux hommes de travailler à la place des femmes », « on a pas besoin de chouchouter les agriculteurs », « carpe diem avec le changement climatique, il ne faut pas s’affoler».  Une petite dernière pour vous mettre en bouche que l’on doit à Emmanuel Ferrand , conseiller délégué LR aux fonds européens agricoles  « On a besoin du glyphosate, on ne peut pas faire autrement, il ne faut pas l’interdire ! ». A n’en pas douter, ce n’est pas lui qui l’épand sur son exploitation.

 

Face à ces furieux réactionnaires, nous étions plutôt fiers de porter nos propositions. Et comme la perspective d’un AA Standard & Poors ne nous fait pas rêver et n’a pas prouvé ses bienfaits sur l’emploi et le bien-vivre, nous avions décidé de vous proposer un budget AAA sur trois autres indicateurs : empreinte écologique, indice de développement humain et indice de santé sociale.   Nos propositions étaient centrées sur les besoin essentiels des auralpins : se former, se soigner, avoir un emploi, préserver l’environnement…  Vous les retrouverez dans notre dossier de presse mais je ne résiste pas à l’idée de vous livrer mes favorites, ou plutôt les plus emblématiques: 

-       Accélérer la rénovation énergétique et la construction de bâtiments à énergie positive,

-       Recréer en Auvergne Rhône-Alpes une forêt primaire, réservoir indispensable à la biodiversité,

-       Désengorger les vallées alpines des camions de marchandises en organisant dès maintenant le report sur les lignes ferroviaires  existantes,

-       Développer la fréquence et la fiabilité de la ligne St-Etienne-Lyon,

-       Mettre en place une zone de confinement dans les lycées autour des sites nucléaires en cas d’accident,

-       Permettre aux paysans de prendre du repos, 

-       Mettre en place des contrats « montagne en transition » avec des communes de montagne qui diversifient leurs activités,

-       Lancer un plan de rénovation des quartiers politique de la ville afin d’améliorer les conditions de vie et créer de l’emploi non délocalisable,

-       Soutenir et accompagner les chômeurs, en particulier les jeunes dans leurs formations aux métiers de demain, 

-       Consacrer 0,7% du PIB régional à l’aide publique au développement afin de contribuer à la lutte contre les crises climatique, économique et politique qui traversent la planète. etc …. etc …

 

 

Laurent Wauquiez n’en retiendra aucun, ou tout du moins pas sur le budget.

 

 

Train de fanfaronnades et mauvais points sur le comportement

 

Nos paroles seront entendues sur la convention TER. Quand il s’agit de faire des économies, on nous écoute un peu plus. En grand expert du transport ferroviaire, J-Charles Kholhass propose l’amendement qui fait mouche. Si la SNCF baisse la présence humaine dans les trains et dans les gares, la région baissera sa contribution financière ; « avec un avis favorable de l’éxécutif ». La convention TER ne suffira pas à nous convaincre et nous préférons nous abstenir. Laurent Wauquiez s’enorgueillit d’une convention TER qui remet en question la garantie de recettes pour SNCF, impose des pénalités qui la contraignent à une meilleure qualité de service. Mais comme le diable se cache dans les détails, les pénalités pourraient bien inciter  l’entreprise publique à supprimer des trains au profit des autocars ; un moyen bien malin pour retrouver de la rentabilité à bon compte.

 

photo_3322_22325112.jpg

 

Nous avons des doutes sur le maintien des petites lignes et aucune perspective quant au développement de nouvelles lignes. Alors M. Wauquiez, nous vous invitons à un peu plus d’humilité. C’est un des points que nous avons pointé du doigt à travers notre drôle de bulletin de notes.  Depuis deux jours, notre bulletin fait le buzz dans la presse : plus de 50000 vues sur la toile.

Nous aurions pu aussi décerner des mauvais points à d’autres Conseillers Régionaux. L’Assemblée Régionale se termine traditionnellement par la Commission Permanente. Certains élus qui en sont membres ont signé la feuille de présence (pour toucher leurs indemnités d’élus) et sont partis. Résultats : au moment des votes, la majorité se retrouvait en minorité. Interruption de séance, rappel des mauvais élèves et fin de séance à 20H. Allez ! après l’affaire Fillon,  encore un petit effort les LR pour réconcilier les français avec la politique !

 



01/12/2017
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres