Fabienne Grebert

Fabienne Grebert

Coup de gueule sur l'agriculture urbaine et autres effets d'annonce sur la qualité de l'air

Voilà, c’était ce week-end  au forum de la Transition Citoyenne. Séverine Morin informait  les visiteurs de la mort annoncée de son projet de Ferme Urbaine à Annecy. Petites manigances pour un projet dans les tuyaux depuis 3 ans, qui nous laisse peu d’espoirs quant à la capacité des élus locaux à faire évoluer notre modèle de territoire. Que ce soit pour l’agriculture urbaine ou pour l’obstination quasi obsessionnelle au développement des infrastructures routières, nos élus  locaux sont formatés avec un logiciel du 20ème siècle. Adieu le vieux monde et bienvenue à des projets de territoire au service de la vie et à une économie respectueuse de son capital naturel.

 

 

Alors que la Haute-Savoie se dessaisit chaque jour de ses terres agricoles et que l’agriculture maraichère de proximité peine à émerger, la Mairie d’Annecy est en train de faire machine arrière sur le Projet de Ferme Urbaine. Le bail emphytéotique de 18 ans pour la mise à disposition des bâtiments et des terrains est en train de se transformer en bail  précaire de 4 ans et ne permet pas d’envisager un vrai projet d’agriculture urbaine.

Feu les objectifs d’innovation environnementale et de développement de la permaculture sur le territoire, feu l’idée de développer des cultures maraîchères en pleine ville, pas assez rentable paraît-il.

En matière de non rentabilité, la ville d’Annecy est pourtant  coutumière de projets pharaoniques qui risquent d’endetter la ville pour des décennies ; à l’instar du Palais des Congrès, pour lequel elle met tous ces appuis politiques dans la balance pour infléchir l’avis des juges sur la non déclaration d’utilité publique du projet.

Ce projet de ferme urbaine est pourtant l’occasion d’initier une démarche nouvelle en matière d’alimentation : à l’heure où de plus en plus de consommacteurs reprennent en main leur alimentation, les fermes urbaines sont aussi l’occasion de  limiter les trafics de camions qui engorgent nos routes et détruisent la qualité de l’air.  

 IMG_20170926_120007 (1).jpg

Séverine Morin sur le stand du projet de Ferme Urbaine le 23 septembre au Forum des Alternatives 

La qualité de l’air dans les titres de journaux mais pas dans les faits

 

Et justement là aussi le bas blesse. Au département comme à la Ville, tout le monde s’agite à l’idée d’une possible venue de Nicolas Hulot. Viendra-t-il, viendra-t-il pas ? En tout cas, il serait de bon temps de s’afficher sur la photo à ces côtés , preuve s’il en est de votre intérêt pour la qualité de l’air ; mais non Monsieur Monteil il ne suffit pas de le dire à la presse ; il faut le faire. Or vos projets d’infrastructures routières ne permettent en rien de résoudre les problèmes de qualité de l’air ; non seulement, ils les aggravent, mais en plus ils accélèrent l’encombrement des routes. Or vous ne renoncez  en rien au Tunnel sous Semnoz, au désenclavement du Chablais. La vraie question est de savoir comment les annéciens et les hauts-savoyards se déplaceront en 2030, puisque ce sont a peu de choses prêt les échéances auxquelles seront mises en service ces équipements. En 2030, l’Inde aura arrêté la commercialisation des moteurs thermiques et nous serons 10000 personnes de plus, rien que sur le bassin annécien. Peut-être aurions nous intérêt à repenser collectivement l’organisation de notre bassin de vie : comment créer des emplois au bout du Lac et éviter des déplacements pendulaires aux habitants de Faverges ou de Doussard ? Comment limiter les transports de marchandises grâce au développement des circuits courts et de l’économie circulaire ? Comment développer un service de transports en commun régulier et compétitif entre Annecy et Genève pour le déplacement des frontaliers ? Comment améliorer la sécurisation des cyclistes en ville et offrir des services de transports adaptés à de courtes distances, comment relocaliser le commerce de proximité pour éviter l’étalement urbain associé au développement des centres commerciaux en périphérie ? Vous esquivez toutes ces questions alors que les solutions sont là, expérimentées ici et ailleurs.  De nombreux artisans de cette transition étaient là ce week-end au Forum des Initiatives Citoyennes. Partout les réseaux de transports par tramway se développent dans les villes de plus de 200000 habitants, Pontevedra en Espagne est la première ville sans voiture et la pollution de l’air a chuté de 65% ; toutes les grandes villes se saisissent de la question de l’agriculture urbaine et Annecy abandonne ses terres agricoles à d’autres projets fumeux (le projet de ferme urbaine laissera-t-il la place à un stade hippique au bénéfice de quelques uns ? C’est une perspective à laquelle je serai attentive.).

Bref, il ne faudrait pas casser la branche sur laquelle nous sommes assis, préserver notre exceptionnel cadre de vie, s’il le faut, au détriment d’une croissance exponentielle qui nous asphyxie et  profite aux plus privilégiés d’entre nous. Nous avons bien compris Messieurs les élus que ce projet  là n’était pas le vôtre et que les citoyens devaient se mobiliser pour ça.  L’heure de la retraite va peut-être bientôt sonner pour vous. 



26/09/2017
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres