Fabienne Grebert

Fabienne Grebert

Attention! Site exceptionnel en danger ...

Sixt Fer à Cheval, un site classé grâce à son patrimoine architectural, ses réserves naturelles de toute beauté , son Cirque exceptionnel et ses cascades. La ruée vers l’Or Blanc pourrait bien mettre à mal cette vallée  du Haut Giffre. Mountain Wilderness était venu hier pour rencontrer le maire de la commune et juger de l’intérêt du projet d’urbanisation touristique. Je me suis joins à Vincent Neirinck ,  co-directeur de l’ONG pour rencontrer les habitants du village qui  nous avaient alerté et qui doutent, sans l’avouer, de la pertinence du projet. 

 

IMG_20170619_181741.jpg

Le 23 juin prochain Mountain Wllderness siègera à la commission spécialisée pour les unités touristiques nouvelles du Massif des Alpes. A cette occasion les membres statueront sur l’aménagement d’une liaison par domaine skiable entre Sixt et Flaine et d’un projet d’urbanisation touristique de 20000 m de surface de plancher. Aux commandes de ce projet, Grand Massif et sa maison mère la Compagnie des Alpes. Depuis 1995, le massif de Flaine offre une des plus belles descentes à ski du monde. : la piste des Cascades, 14 km de pistes en pleine nature qui glissent jusqu’au bas du Cirque. Non loin de là, quelques remontées mécaniques permettaient de maintenir un ski famille à moins de 20€ le forfait.  La Compagnie des Alpes et les élus locaux semblent  en avoir décidé autrement. La  station de Sixt sera fermée au profit de remontées mécaniques accédant au haut du Grand Massif.  Fini la navette en mini-bus qui ramènait les  skieurs de la piste des Cascades jusqu’au téléphérique de la station voisine de Samoens. Cet équipement mis en place au début des années 2000 est déjà saturé ; un prétexte suffisant pour désengorger le trafic vers Sixt . Adieu montagne sauvage, bonjour au bétonnage de cette vallée qui devrait accueillir 2000 lits, et 14500 m2 de gare téléphérique et autres parkings de liaison.

 

Au nom d’une supposée sauvegarde d’un village qui se meurt

On parle de 30 emplois dans le village en jeu et d’une navette qui ramène encore les skieurs à Samoens sans que Sixt puisse en profiter. Le projet UTN suffira-t-il à servir le développement de ce village ? Rien n’est moins sur. Les lits seront construits à 3km du centre bourg ; idem pour l’arrivée de la Piste des Cascades ; alors en quoi ce projet permettrait-il de redéployer le tourisme dans le centre du village et de redéployer de nouvelles activités ? D’autant que, n’en déplaise à Gilles Chabert, le changement climatique est bien là (Près de 30° hier à plus de 700 mètres d’altitude et une neige de plus en plus capricieuse en hiver). Le modèle économique lui aussi est en pleine mutation. Partout la tendance semble s’accélérer: le CA réalisé en montagne en hiver est pratiquement aussi important que celui réalisé en été. ; et Vincent Neirinck de citer les 11 Mds de consommation touristique réalisés en montagne mais seulement  44% dans les stations de ski. Si au lieu de laisser les voitures s’engager dans la Vallée avec son cortège de pollution et de nuisances pour les espèces protégées, on proposait comme au parc national de Zion aux Etats-Unis, un système de navettes articulées pour accéder au Site, en passant par le village? D’autres formes de loisirs sont à prendre en compte, à commencer par le ski de fond ou le ski de randonnée, dont les amateurs ne se satisferont pas d’un hébergement flambant neuf au pied des pistes de ski alpin.  Quant à la construction des immeubles, peu de chances qu’elle profite aux artisans du coin plus rompus à la charpente bois qu’au maniement de la benne à béton. Alors à qui profite cette extension si ce n’est aux multinationales du tourisme dont la soif d’expansion est sans limite ?

  

La mobilisation citoyenne au secours du site

Dans le village les habitants font les comptes ; le projet ne se contentera pas d’un parking pour 500 voitures et il faudra s’habituer à une augmentation du trafic et à une piètre qualité de l’air dont les habitants de la Vallée de l’Arve font déjà les frais.  A cela s’ajoutent l’impact paysager du téléporté, la charge visuelle de la saignée dans la montagne, les menaces sur les espaces protégées, tout cela dans une zone Natura 2000. Ce sont de possibles sujets de contentieux que pourraient bien exploiter les associations et les habitants. Mais au delà, c’est bien à une solidarité des territoires qu’il faudrait aboutir. Sixt Fer à Cheval ne tire guère profit de la manne touristique du téléphérique de Samoens. Flaine s’est arrangé pour que ces pilonnes n’empiètent pas sur la commune de la Vallée, évitant ainsi le versement de redevances. Au lieu d’investir à coups de millions d’euros dans des équipements qui, pour sur ne correspondront bientôt plus aux besoins des touristes en 2030, il serait temps d’investir dans des emplois pérennes au service de l’animation, de la rénovation de l’habitat et de la création d’offres touristiques dont les besoins se font déjà sentir. C’est autour de ces opportunités que doit s’organiser le débat public et la mobilisation de tous l



19/06/2017
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres